Kenyatta devrait faire des changemenst politiques majeurs pour calmer ses adversaires (ANALYSE)

Par : LIANG Chen |  Mots clés : Kenya-élections-analyse
French.china.org.cn | Mis à jour le 13-08-2017

Le président kenyan Uhuru Kenyatta serait obligé de concentrer son deuxième mandat sur la construction d'une société plus intégrée en engageant les dépenses de l'investissement de l'Etat vers le bien-être social plus tôt qu'un plan axé sur les infrastructures, ont indiqué samedi les analystes.

Les analystes ont indiqué à Xinhua que M. Kenyatta serait appelé à tendre une main d'amitié à ses adversaires politiques en acceptant certaines concessions au niveau du Parlement, y compris l'autorisation aux membres du Parlement du côté de l'opposition une plus grande place pour voter des lois qui sont favorables aux deux parties, ce qui est une approche législative bipartite.

M. Kenyatta, qui est sorti vainqueur des élections kenyanes après la déclaration de sa victoire vendredi par le président de la Commission indépendante des élections et des frontières (IEBC), Wafula Chebukati, s'est engagé à "tendre une main d'amitié" à ses adversaires politiques.

"Je tends mes bras à vous et à vos partisans et à ceux sur les bancs de l'opposition, et nous devons grandir ensemble, travailler ensemble, et prospérer ensemble", a déclaré M. Kenyatta. "La violence est inutile. Tendez vos bras à vos voisins."

L'analyste politique, Gwada Ogot, a indiqué que le président était occupé après l'éclatement de manifestations violentes suite à la déclaration de sa réélection.

"Les choses ont suivi un cours naturel et il y a très peu de choses qu'il peut faire. Il n'y a aucun doute que la crédibilité des élections kenyanes a été sévèrement abîmée par l'ambiance de peur qui intervient après le meurtre d'un haut responsable informatique, Chris Msando, de la commission électorale et le trucage électronique présumé des résultats des élections", a indiqué à Xinhua M. Ogot.

Alors que M. Kenyatta étend ses bras pour la paix et la réconciliation, les analystes indiquent que malgré les résultats positifs de la gestion de l'expansion infrastructurale du pays, M. Kenyatta a achevé peu en termes de l'unification des Kenyans vers un cours national.

"Le défi majeur confrontant M. Kenyatta est comment unir le pays. Il s'est rendu compte que 6,7 millions de personnes ont voté pour Raila Odinga, candidat de la NASA. Le président doit faire une plus grande attention à l'inclusion", a noté à Xinhua Justus Nyang'aya, officiel des droits de l'homme.

M. Nyang'aya, qui est l'un des observateurs électoraux, a indiqué que le point de départ pour le président est de diriger la nation en avant après la fin de la période électorale qui a provoqué des divisions plus profondes.

"Le président doit faire attention à l'inclusion. Il doit aider les gens à comprendre qu'il s'agissait d'une élection de compétition qui a pris fin et nous avons besoin de bâtir la confiance en tant que pays. Ceux qui n'ont pas voté pour lui ne doivent pas se sentir isolés et punis par leurs votes", a expliqué M. Nyang'aya.

M. Kenyatta a remporté 8,2 millions de votes contre 6,7 millions pour son rival Odinga, pour déclarer sa victoire, laquelle est considérée par la coalition de la NASA comme volée.

Les principaux partis d'opposition se sont engagés à continuer leur opposition à la déclaration de la victoire présidentielle.

Le conseiller judiciaire en chef de la NASA, James Orengo, a indiqué que les résultats des élections ont été annoncés avant que les agents aient signé les formulaires de déclaration et seuls 29.000 des 40.833 formulaires contenant les résultats étaient disponibles avant la déclaration des résultats.

L'opposition a indiqué que le corps électoral était "sous une pression exécutive" pour annoncer Kenyatta vainqueur des élections.

Nous avons besoin de bâtir la confiance en l'un et l'autre. Ce genre d'approche permettrait de renforcer l'héritage du président", a noté M. Nyang'aya.

"Vous avons peut-être de bonnes routes et un grand nombre de gens regardent le projet du SGR, mais quand vous n'avez pas accès aux besoins de base tels que la farine de maïs ou le pain, cela crée un grand déséquilibre qui mérite d'être traité", a poursuivi M. Nyang'aya.

L'héritage du président a été jusqu'ici la construction du chemin de fer à voie normale (SGR) et les infrastructures clés.

Selon les analystes, alors que la construction des infrastructures peuvent être essentielle, les problèmes majeurs du pays comprennent le traitement de la pauvreté, de l'inégalité, du logement et de la dignité humaine, lequel exige le besoin d'améliorer les soins de santé, l'éducation, de créer un marché économique stable et de renforcer le droit à la nourriture.

M. Ogot a toutefois indiqué que les enjeux principaux qui nécessitent une attention sont la justice sociale, la fin de la corruption et l'amélioration de la gouvernance. F

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source: Agence de presse Xinhua
Les dernières réactions            Nombre total de réactions: 0
Sans commentaire.
Voir les commentaires
Votre commentaire
Pseudonyme   Anonyme
Retournez en haut de la page